L'Ateuchus ?


Fondée en février 2003 par un marionnettiste, une danseuse, et un musicien, L’Ateuchus est née de la volonté commune de questionner et d’expérimenter ensemble la transversalité de leurs pratiques artistiques, d’en trouver les zones de rencontre et de les mettre en mouvement.
Le champ de la Marionnette, en tant qu’art pluridisciplinaire, s’est toujours posé comme l’espace de cette démarche. La recherche d’une écriture contemporaine du théâtre de marionnette est l’un de ses moteurs.

Ce travail s’est illustré dès l’origine avec la création de L’Avorton Volant ou appétits pas dupes solo de Gabriel Hermand-Priquet accompagné par Vincent Peter (musicien et regard extérieur) co-produit par le T.J.P de Strasbourg (Mars 2003), puis avec le projet Threesome en collaboration avec David Soubies (acrobate) amorcé au Maillon (Mars 2005).

Entre 2004 et 2006,  les activités de la compagnie sont réduites, notamment pour permettre aux différents artistes de L’Ateuchus de poursuivre plus intensément un parcours individuel auprès d’autres compagnies comme ils l’ont toujours fait et le font encore.

En Mars 2006, la comédienne Virginie Schell rejoint la compagnie. 
L’Ateuchus reprend alors sa recherche nourrie par les quelques années d’apprentissage de la gaine chinoise que Gabriel Hermand-Priquet vient de passer auprès du jeune maître chinois Yeung Faï.
Les spectacles No Rose... et Duels co-écrits par Virginie Schell et Gabriel Hermand- Priquet, sont créés et joués en France comme à l’étranger.
Jouant des traditions, des conventions et des clichés de la Marionnette, L’Ateuchus approfondit ainsi sa réflexion, questionnant un ancrage d’une écriture contemporaine dans le terreau des traditions.


En parallèle, L’Ateuchus, mène depuis ses origines une recherche pédagogique autour de la relation Marionnette/Marionnettiste. Ce travail pourrait être défini comme la recherche de la formulation d’une technique sous les techniques de marionnettes, qui permettrait d’envisager la Marionnette comme une pratique ne dépendant pas de telle ou telle technique de manipulation.
Cette pratique se développe sous formes de stages et d’interventions, dans le cadre de collaborations avec diverses structures, notamment l’Education Nationale, L'Organisme Franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ), le Théâtre de la Cité internationale (Paris), le Théâtre du Marché aux Grains (Bouxwiller), l’Institut International de La Marionnette (Charleville-Mézières).

Durant trois ans trois mois par an, L’Ateuchus a mené une résidence d’artiste et de médiation culturelle au sein du Lycée Armand Malaise en partenariat avec l’Institut International de La Marionnette, la Drac Champagne-Ardenne et le Rectorat de l’Académie de Reims.
 
Outre les traces des différents travaux pédagogiques, deux films ont été produits et réalisés par la compagnie au cours de cette résidence : Ad eau notamment présenté dans l’exposition itinérante Territoire et création, et Je est un autre, cet autre est objet de je(u), présenté au Musée Rimbaud dans le cadre de la Nuit Blanche 2010 et du Festival Mondial des théâtre de marionnette 2011.

Parallèlement, la recherche que poursuit L’Ateuchus l’amène à collaborer régulièrement avec d’autres compagnies telles que Les Transformateurs (Lyon), les Trois-Huit (Lyon), la Cie Pseudonymo (Reims).
Par ailleurs depuis juin 2011, L’Ateuchus mène en collaboration avec la ville de Pélussin, le projet La BatYsse, qui a pour objet la réouverture de la Maison Gaston Baty autour des arts de la Marionnette.